Sarkozy, ami des dictateurs

Publié le par section socialiste de Tarbes

14-juillet-paris.jpg

 

En 2008, Sarkozy avait tourné le dos aux principes des droits de l'homme en invitant à la tribune officielle du 14 juillet Hosni Moubarak, dont le procés vient de s'ouvrir en Egypte pour crimes et corruption, ainsi que Bachar al-Assad dictateur syrien sanguinaire. La révolte syrienne a déjà plus de cent jours derrière elle  des centaines de morts, des milliers d’arrestations, des dizaines de milliers de réfugiés à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Pourtant, le régime a tout essayé pour venir à bout des protestations. Il a même tenté au début de suivre le modèle algérien par la recherche d’un équilibre entre promesses de réformes et coercition, mais la réaction démesurée des forces de sécurité contre les civils a poussé une bonne partie du pays dans les rangs des protestataires irréductibles. Le régime a renoué avec ses propres pratiques en vigueur depuis quarante ans… Rappelons aussi que Sarkozy s'est appuyé sur les dictateurs tunisiens (aujourd'hui en fuite) et égyptien pour son projet de groupe euro-méditerranée, au grand dam là aussi des droits de l'homme.

 

Voilà le bilan de Sarkozy en matière internationale et une raison de plus de le mettre dehors l'année prochaine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article